Archive pour la catégorie 'Non classé'

Il est possible…

prendrelesoleilpourmodele.jpg

Je sais que les choses que je vais vous dire ont été dites, redites et rabachées…
Je sais que je ne fais que les répéter ….

”Prendre soin de son corps, être responsable de sa propre santé, devrait être la priorité absolue de toutes les préoccupations de chaque personne… Une personne en parfaite santé, « bien dans sa peau, bien dans son corps », rayonne… sa seule présence est apaisante…
Il est possible de garder notre esprit jeune, cultiver notre souplesse, réveiller notre énergie sexuelle, renforcer notre système immunitaire, jouir d’un sommeil paisible, nourrir notre corps, gérer notre stress et resplendir en appliquant dans notre vie quotidienne quelques precepts.
Nous verrons notre âge biologique diminuer et nous pourrons vivre une vie pleine d’énergie, de créativité, de vitalité et de bonheur.
Comment pouvons-nous diminuer notre âge biologique ?
1. En nourrissant notre corps avec une alimentation saine :
- manger « BIO », privilégier une alimentation saine, simple et naturelle,
- boire de l’eau de qualité,
- éviter les aliments acidifiants ou nécessitant beaucoup d’énergie pour la digestion,
- éviter la cuisson « agressive » des aliments .

2. En nous régénérant à l’aide d’un sommeil réparateur.
3. En utilisant judicieusement les compléments alimentaires.
4.En faisant un peu d’exercice.
5. En éliminant les toxines (physiques et psychiques) :

-Les toxines physiques (matérielles) :toutes les « pollutions » générées par notre mode de vie, toxines incluses dans notre alimentation, l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, y compris les pollutions électro-magnétiques…
-Les toxines énergétiques : toutes les sortes d’entités, mémoires, énergies nocives, liens, etc
-Les toxines psychiques : la rancoeur, la jalousie, la haine, les « formes pensées » résultant d’obsessions, les informations « sales », les « bourrage de crâne » dus à la télévision, à la publicité, aux divers médias, aux films violents et parfois dégradants, les lectures pernicieuses, les conditionnements religieux ou politiques, les pensées négatives, les obsessions (parano)… tout cela encombre et dégrade la qualité de notre psychisme, ce qui se répercute tôt ou tard sur la qualité de notre santé globale…
-En ce qui concerne l’élimination proprement-dite des toxines que nous n’avons pas pu éviter et qui sont présentes dans notre organisme,l’élimination se fait par les principaux émonctoires, qui sont :
le système digestif, avec en particulier le colon, et le foie qui est le grand filtre général…
Les reins et le système urinaire,la peau (transpiration, respiration cutanée…)les poumons et tout le système respiratoire.
Il est donc très important de favoriser au maximum le fonctionnement de ces émonctoires et de « drainer » l’organisme.
6. En cultivant notre créativité et la jeunesse de notre esprit
7. En nous éveillant
“La pureté est la condition de notre épanouissement, la condition de notre santé, de notre force, de notre beauté, de notre intelligence, de notre joie, de notre amour.La purification passe d’abord par une excellente hygiène générale de vie, par le calme, la prière et la méditation…
Et il faut (là aussi et surtout) être très attentifs à ne pas laisser se créer des pensées malsaines, se laisser envahir par le doute, les peurs, la haine, la jalousie, le manque de confiance, etc
Les deux mots clefs pour une parfaite purification psychique sont « amour  » et « pardon »…
Il ne suffit pas d’aimer et de pardonner du bout des lèvres, mais d’apprendre à conserver une véritable estime pour soi-même, et pour celui qui nous a fait du mal…
Et surtout ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce n’est pas un cadeau que l’on fait à l’autre, mais à soi-même.
On se fait le cadeau de n’avoir aucune haine en soi, aucune agressivité, de ne pas polluer son psychisme par des pensées négatives…
Il est dangereux, pour l’équilibre psychique, de rester longtemps sous l’emprise de pensées, d’émotions et de sentiments négatifs.
Évidemment, l’existence ne réserve pas que de bonnes surprises et, à un moment ou à un autre, personne ne peut éviter d’éprouver des déceptions, des chagrins, de l’irritation.
Mais quand cela arrive, tâchons de tout faire pour nous arracher vite à cet état, sinon nous finirons par être complètement ligotés, submergés. Profitons du laps de temps où il est encore facile de nous dégager. Mais se débattre dans l’obscurité n’a jamais fait jaillir la lumière : il faut sortir de là. Donc, pour que le mécontentement, la jalousie, la rancune, la colère ne finissent pas par avoir le dessus et nous détruire, essayons tout de suite d’appeler à nous des pensées et des sentiments qui nous projetteront dans la lumière, l’amour, la paix : c’est ainsi que nous serons sauvés ! »
( Omraam Mikhaël Aïvanhov)

Publié dans:Non classé |on 12 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

Mon bonheur, je le tais …

yblmozvsistock000008506568xsmalls.png

Il vaudrait mieux taire son bonheur.Le bonheur est individuel, il ne se partage pas, il ne s’offre pas.De mon expérience personnelle,présenter ses idées ou ses rêves, ses espérances,ses élans et ses enthousiasmes aux autres, c’est risquer de voir des regards extérieurs les détruire,c’est mettre en péril cette fleur fragile, pour donner naissance à l’envie ou à la jalousie des autres.Inconsciemment on les rend encore plus malheureux.Il y a bien sûr une façon de partager le bonheur pour deux personnes ou plus, dans le cadre de l’amitié ou de la famille, à la condition unique et essentielle qu’elles en aient la même vision. Dans ce cas,oui, ça marche.Et ces personnes sont inestimables.

Publié dans:Non classé |on 11 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

L’ART DE SE TAIRE…

thumb568753.jpg

« Souvent passe un regard, un regard soutenu,
Tes yeux sur les yeux de l’autre.
Deviner la signification de leur éclat,
Lire le futur immédiat plus loin que la pupille,
Vouloir dire beaucoup de choses, mais retenir son envie,
Serrer les lèvres.
Permettre que circulent les idées sans qu’elles sortent à l’extérieur,
Augmenter l’espace entre les questions et les réponses,
Laisser les muscles se dessiner sur le visage,
Attendre un signe.
Maintenir la respiration. Penser que l’autre aussi pense…
Analyser, espérer,
L’économie de paroles : une vertu qui n’est pas l’apanage des religieuses cloîtrées.
Un jeu que pratiquent ceux qui savent faire les fous,
Ceux qui comprennent que toutes les questions méritent une réponse,
Que la solution n’est pas toujours d’ouvrir la bouche.
Pourquoi tout dire ?
Pourquoi ne pas conserver en soi un peu de ce que l’on pense ?
Pourquoi ne pas convertir secret quelques unes des idées qui font leur apparition sans préavis, au moins avec l’illusion que le temps la mûrisse et la transforme en idée plus durable ?
Pourquoi ne pas comprendre, au moins une fois , que la parole n’est pas aussi rapide que la pensée et que tout ce que l’on trouve dans l’esprit ne peut se convertir en paroles ?
Comprendre que l’on peut aussi parler par gestes,
Que le silence… parfois devient un cri.
On garde le silence dans les hôpitaux, les veillées funèbres les actes solennels.
On garde le silence par pudeur, par respect, par douleur.
Apprendre à se taire sans autre motif que sa propre volonté.
Se taire pour écouter…
Se taire pour regarder…
Se taire pour apprendre…
Se taire pour se taire.
Se taire pour convertir le silence en complice,
Se taire pour savoir si un écho existe,
Se taire parce que tout ce qui ne nous convient pas d’écouter, nous le disons à l’oreille, dans l’intimité d’une confession, avec le volume d’un cri, avec l’accent des grandes révélations.
Se taire pour comprendre que le silence est le masque des sons les plus beaux.
Manier le silence est plus difficile que de manier la parole. »

Clémenceau

Publié dans:Non classé |on 11 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

Le monde appartient à celui qui ose…

charliechaplin.jpg

« J’ai pardonné des erreurs presque impardonnables, j’ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et oublier des personnes inoubliables.
 J’ai agi par impulsion, j’ai été déçu par des gens que j’en croyais incapables, mais j’ai déçu des gens aussi.
 J’ai tenu quelqu’un dans mes bras pour le protéger.
J’ai ri quand il ne fallait pas.
Je me suis fait des amis éternels.
J’ai aimé et l’ai été en retour, mais j’ai aussi été repoussé.
J’ai été aimé et je n’ai pas su aimer.
J’ai crié et sauté de tant de joies, j’ai vécu d’amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois ! J’ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos.
J’ai téléphoné juste pour entendre une voix, je suis déjà tombé amoureux d’un sourire.
J’ai déjà cru mourir par tant de nostalgie et j’ai eu peur de perdre quelqu’un de très spécial (que j’ai fini par perdre)…
 Mais j’ai survécu !
 Et je vis encore !
Et la vie, je ne m’en passe pas…
Et toi non plus tu ne devrais pas t’en passer. Vis !!!
Ce qui est vraiment bon, c’est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant, parce que le monde appartient à celui qui ose et que LA VIE C’EST BEAUCOUP TROP pour être insignifiante ! »

Charlie Chaplin

Publié dans:Non classé |on 11 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

Il est un air qui pour moi seule a des charmes secrets….

5809nuitest08.jpg36.jpg

« Il est un air, pour qui je donnerais,
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber.
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets!

Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit…
C’est sous Louis treize; et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit;

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre les fleurs;

Puis une dame à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J’ai déjà vue…et dont je me souviens! »

(Gérard de Nerval-Il est un air…)

Publié dans:Non classé |on 10 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

Événement festif…

colegiulminiermotru2.jpg26494525213640146978510000020282098311711924315549n.jpg

Je vais vous raconter en quelque lignes ma journée du vendredi 8 juillet:la grande rencontre.
La grande rencontre destinée notamment à rassembler les anciens élèves, est passée. Mon fils est venu aussi car lui aussi a été mon élève. J’ai été leur professeur principal. L’impression ressentie après s’est confirmée.
Les anciens élèves ont été tout à fait charmants,l’ambiance vraiment détendue.
Peu de participation quand même.Il y avait cela dit beaucoup de personnes absentes.
Je peux vous dire que faire un  cours festif un vendredi matin au bout de dix ans est mission difficile. Maîtriser l’art de la fête, de la mise en scène et des rencontres n’est pas  à la portée de tout le monde…Mais c’est avec joie que je me suis rendue au travail. C’est avec satisfaction que les diplômés  ont regardé le chemin parcouru pendant ce temps.
J’ai eu l’impression de servir à quelquechose et ce travail a été très valorisant.
Un vrai bonheur…Le soir,anciens professeurs et anciens élèves,nous nous sommes retrouvés au restaurant.Nous avons passé de bons moments ensemble.La rencontre s’est terminée  sur une note résolument légère avec la promesse de se revoir au bout de cinq ans,en 2016.

Publié dans:Non classé |on 10 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

C’est l’être créé (l’enfant) qui est parfait, et lui seul…

treeofknowledge.jpg

« Quelle est la fonction d’un enfant qui naît dans une famille ?
Nourrir l’arbre généalogique…..
Etre mangé ! … par sa mère .. et par son père….
L’être conçu est « parfaitement accompli « dès son incarnation, mais il est abusé et dévié de son être essentiel par sa famille. Ainsi tout enfant subit des abus familiaux de 4 ordres :
-abus mental (paternel – avec ses attentes et projections sociales)
-abus émotionnel ( la mère, centrée sur ses manques : elle est en demande, a des attentes affectives vis à vis de son enfant – donc, elle n ‘écoute pas, n’accueille pas les émotions de son enfant )
-abus matériel (irrespect et viol des territoires physiques, imaginaires et symboliques,…)
-abus sexuel (viol, violences physiques, manque d’abondance…)
+ les abus sociaux collectifs, historiquement très forts aujourd’hui sur les enfants
Pourquoi l’enfant (y compris notre enfant intérieur) s’accroche -t-il à çà ?
Pourquoi permet -il que ces abus continuent encore et encore…?
Comment accepte-t-on d’être toujours dévié de son essence ?
Parce que cet enfant est avide d’amour (en particulier celui de sa mère) et avide de la reconnaissance de son père – et ne renonce jamais à les obtenir.
Car il veut avoir absolument des parents  » parfaits « , qui le guideront et le pousseront vers sa Réalisation.
Et il se trompe !
C’est l’être créé (l’enfant) qui est parfait, et lui seul..
Mais il est dévié de sa perfection par ses parents ! »

(Alejandro Jodorowsky )

Publié dans:Non classé |on 5 juillet, 2011 |2 Commentaires »

Le changement…

8152170.jpg8152148.jpg8152104.jpgaee2c7db7e1410731c.jpgmendiantempre1.jpg

« Le changement n’est pas une amélioration mais une mutation.
Ce n’est pas la résolution du problème mais l’accès à un plan de conscience où le problème n’existe pas.
Ce n’est pas une réponse à la question mais la dissolution de la question.  »

(Sudheer ROCHE -Psychologue clinicien )

Publié dans:Non classé |on 2 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

La même Jeannette autrement coiffée…

cd4827db7913391f280.jpgv.jpg1f47a7db75f36131c.jpg847167db75f25102af.jpg19e6e7db75f81133c.jpgad.jpge.jpg7884c7db7117312d2ce.jpg3c3e47db71172d313991.jpgaad047db74103733242.jpgab.jpgbd7e37db73f34c3a9.jpgindi.jpgq.jpg1fd397db73143031203.jpg3e7197db73b3a2b2af.jpgmodel.jpgleu.jpgeddc37db7415181cfa.jpge45e57db74129111f.jpgdcf897db74141717186.jpgb49f17db741434e34b1.jpg398f67db741615341281.jpg326c87db74151f2934b.jpg8ebe97db7414d181c51.jpg7c08c7db74161bd232.jpg7c4e27db74142032399.jpg5bc6c7db7412f20280.jpg1fcce7db74111d24251.jpg
masti.jpg

Rencontrer mon être essentiel, s’est accepter de me « cogner « chaque instant à cet Ego… , mais dans la Reconnaissance, l’Amour.. la joie et le jeu.

« Le regard des autres est primordial.
La reconnaissance extérieure est importante, ainsi va naître l’ego .L’ego se forge avec un ensemble d’attitudes à travers lesquelles nous allons nous imposer.
Notre ego va devoir se gonfler pour nous « porter » et c’est nécessaire car le « moi-je » est primordial et doit être développé : c’est une base.
L’ego est constitué par toutes sortes de masques (la persona), toutes sortes de mécaniques de vie, l’ego ressemble aux tuteurs des plantes et à l’intérieur de ces structures notre moi va s’élever et se forger.
Ces masques et ces mécaniques de vie génèrent des attitudes de façade, des comportements.
Le moi, « notre Être véritable », a besoin de cet ego -« le moi Je »- pour bien se positionner face aux autres . Imaginons que la plante encore fragile soit le « jeune moi, la jeune personnalité» et que l’ego soit un ensemble de tuteurs protecteurs.
L’ego est donc un échafaudage protecteur qu’il faudra enlever plus tard….sinon nous courrons le risque d’être à tout jamais dépendants du regard et du jugement des autres.
L’ego n’est pas le moi
L’ego est une enflure du moi, une caricature, un habillage et nous nous gonflons souvent de ce que nous ne sommes pas. Au début de la vie cela est normal mais à un moment donné çà devient lourd et il faut alors se mettre en question.
L’ego d’abord nécessaire devient un jour restrictif, parce que nous n’existons qu’à travers le regard des autres, à travers le jugement d’un patron, d’un critère de mode, d’un compte bancaire, de propriétés immobilières etc
Pour continuer d’exister, notre moi « authentique » devra donc s’opposer à la suprématie de l’ego et prendre du recul par rapport au regard et au jugement des autres.  »

(http://arkhana.canalblog.com)

Publié dans:Non classé |on 2 juillet, 2011 |Pas de commentaires »

Le seul temps qui existe…

majinvoyage1.jpg

« Le présent est le présent. Le présent est un cadeau permanent. Il contient tous les possibles, le présent contient l’imprévisible. Le présent contient à chaque instant toute la vie. » (Lydia Flem, La Reine Alice)

 

J’adore les défis,j’aime avoir des défis dans ma vie.
L’idée  me vint , qui me convient parfaitement, de lancer un défi  du  temps de vivre.Pourquoi un tel défi?
Jamais dans ma vie, je n’ai relevé un défi de cette ampleur.
Je sens un grand besoin de me remettre en forme sur ma lancée et persévérer pour tout le reste de ma vie.
Combien de temps me reste-t-il à vivre?
Ma vie n’est courte que si je la place sur le billot du temps.
Je n’ai jamais fait ce que je voulais dans ma vie, maintenant je vais le faire…
Sur quoi ai-je perdu le plus de temps précieux inutilement dans ma vie?
Le temps est venu de lire,d’aimer…
« Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre. » (Daniel Pennac)
 Mais il y a tant d’autres  choses que je souhaiterais plus que tout. Me recentrer, m’ouvrir à l’univers…M’autoriser à me faire du bien, à faire des choses simples… Sentir une fleur, regarder un coucher de soleil, allumer une bougie, apprécier une infusion, méditer un instant,canaliser mon énergie vers les belles et bonnes raisons.Prendre le chemin du bonheur et de l’épanouissement.
J’irais jusqu’au bout de ces souhaits.
 En vieillissant, même si j’ai encore un bout appréciable de jeunesse devant moi, j’ai appris à outrepasser les limites que je m’étais probablement moi-même infligées, sans trop savoir pourquoi ni comment.
J’en ai assez de courrir après le vie, après le temps.
Le présent est le seul temps qui existe.

Publié dans:Non classé |on 30 juin, 2011 |Pas de commentaires »
1...34567...31

Journal intime d'une ado |
langedelanuit |
Des mots, une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etre soi
| Moi et Eux !!
| baclofenfr