Pourquoi ce commandement qui fait de l’amour un devoir ?

dissertationamourpic3.jpg

http://carmencatana53.unblog.fr/

Qui est le prochain ? Tout homme, à ce qu’il paraît ! Y compris le lointain : tous les hommes en général.

« Pour aimer son prochain comme soi-même, ne faut-il pas alors pouvoir être aussi son propre prochain ?
C’est-à-dire accepter de pouvoir se regarder en face pour constater ses manques et ses besoins ,se dédoubler pour se regarder comme un autre.
Comment puis-je être mon prochain ?
Peut-être en acceptant de me voir agir, penser…
Peut-être en acceptant de réaliser ma responsabilité dans ce que j’expérimente.
Peut-être en acceptant de sortir d’une position de victime dans laquelle je garde parfois cette position rassurante d’objet manipulé par les autres.
Peut-être aussi, en ayant le courage de prendre conscience qu’il y a dans mon fonctionnement quelque chose qui fait obstacle à mon bien-être spirituel, qui perturbe mon développement social, quelque chose qui est comme une rayure dans un sillon de disque 33t ou sur un CD et qui provoque une répétition de la même musique, quelque chose qui est comme une séquence de film rejouée régulièrement, une impression de répétition ou de déjà vu…
Comment puis-je être mon prochain ?
Peut-être en acceptant d’évaluer ce que l’on me dit sur moi-même, en acceptant de faire l’inventaire, de trier, mais en tout cas d’y réfléchir.
Et venir avec tout cela devant Dieu .
Comment puis-je être mon prochain ?
Peut-être en allant plus loin ; si je constate chez moi des répétitions de schémas de fonctionnement (illustrations : besoin d’excellence, échec, etc…), accepter que la prière n’est pas la seule réponse et que j’ai besoin d’aide pour apprendre à faire autrement.
Oui, être mon prochain pour pouvoir mieux aimer l’autre, c’est m’intéresser à mes travers, chercher à comprendre ce qui se passe, et lorsque je vois que c’est handicapant accepter de faire à appel à l’autre pour progresser. »

(Pierre-Yves ZEHNACKER)

Il paraît difficile de prétendre aimer son prochain comme soi-même : il y a une distance infranchissable, radicale, entre cette étrange chose qu’est l’Autre, et moi. Il le faut pourtant : c’est Dieu lui-même qui l’ordonne.

Publié dans : Non classé |le 25 août, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Journal intime d'une ado |
langedelanuit |
Des mots, une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etre soi
| Moi et Eux !!
| baclofenfr