Archive pour juin, 2011

Le seul temps qui existe…

majinvoyage1.jpg

« Le présent est le présent. Le présent est un cadeau permanent. Il contient tous les possibles, le présent contient l’imprévisible. Le présent contient à chaque instant toute la vie. » (Lydia Flem, La Reine Alice)

 

J’adore les défis,j’aime avoir des défis dans ma vie.
L’idée  me vint , qui me convient parfaitement, de lancer un défi  du  temps de vivre.Pourquoi un tel défi?
Jamais dans ma vie, je n’ai relevé un défi de cette ampleur.
Je sens un grand besoin de me remettre en forme sur ma lancée et persévérer pour tout le reste de ma vie.
Combien de temps me reste-t-il à vivre?
Ma vie n’est courte que si je la place sur le billot du temps.
Je n’ai jamais fait ce que je voulais dans ma vie, maintenant je vais le faire…
Sur quoi ai-je perdu le plus de temps précieux inutilement dans ma vie?
Le temps est venu de lire,d’aimer…
« Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre. » (Daniel Pennac)
 Mais il y a tant d’autres  choses que je souhaiterais plus que tout. Me recentrer, m’ouvrir à l’univers…M’autoriser à me faire du bien, à faire des choses simples… Sentir une fleur, regarder un coucher de soleil, allumer une bougie, apprécier une infusion, méditer un instant,canaliser mon énergie vers les belles et bonnes raisons.Prendre le chemin du bonheur et de l’épanouissement.
J’irais jusqu’au bout de ces souhaits.
 En vieillissant, même si j’ai encore un bout appréciable de jeunesse devant moi, j’ai appris à outrepasser les limites que je m’étais probablement moi-même infligées, sans trop savoir pourquoi ni comment.
J’en ai assez de courrir après le vie, après le temps.
Le présent est le seul temps qui existe.

Publié dans:Non classé |on 30 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Des routines dont il est difficile de sortir…

1867709073small3.jpg

Je me sens comme je suis coincée dans une ornière,une ornière bien profonde et boueuse.
Comment y suis-je entrée?
Que puis-je faire pour m’en sortir?
Ma vie est devenue inintéressante , fatiguante et peu lucrative. C’est comme essayer  chemise après chemise au magasin, sans savoir ce que la taille de l’étiquette indique qu’elle est, en espérant qu’une s’adaptera… Je continue à faire les mêmes choses à plusieurs reprises et je m’attends à de différents résultats… Je me rends compte que je me suis surmenée et moi-même poussée trop fort… J’ai des difficultés à m’endormir, je me réveille plus tôt, parfois même en plein milieu de la nuit. Parfois, je dors énormément…
La vérité est que, la vitesse de ce « train du temps » a effectivement accéléré au cours du dernier temps.C’est le constat que je fais en ce moment.
Malgré mon extrême fatigue, je veux recommencer à travailler.
Je dois agir rapidement à m’ améliorer en travaillant à mes faiblesses. Si j’agis rapidement, il me suffit peut-être hors d’elle.
Je dois faire quelque chose dans ma vie qui me passionne.
Trouver quelque chose de nouveau dans la vie pour faire ce que j’ aime vraiment faire.
Je ne peux pas rester les bras croisés me demander pourquoi je suis dans une ornière et si je peux sortir de là.

Publié dans:Non classé |on 30 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Le stress du chômage…

clipboard01.jpg

Cela fait plus de deux ans que mon fils est sur le chômage et rien ne semble indiquer qu’il trouvera quelque chose de décent.
Il a un diplôme de journaliste.Il est actuellement journaliste demandeur d’emploi.Je me demande : »A quoi bon faire des études si c’est pour se retrouver chômeur diplômé ? »
 La situation est démoralisante autant sur le point des finances que sur sa vie.Il est devenu pessimiste, nerveux, dégoûté, j’ai peur pour lui. Il frise la dépression.
Le stress du chômage est plus stressant que le monde du travail.Cela ne me laisse pas indifférente, je ne sais plus comment réagir.
Ma réflexion est qu’on vit dans une société de plus en plus « merdeuse » pour laisser autant de gens d’apparente valeur (et je suis sûre, de vraie valeur…) sur le bord de la route.C’est marrant ça.
Depuis un certain temps, l’idée le trotte de tenter de trouver du boulot ailleurs au monde, plus spécifiquement en Angleterre. Pourquoi ce pays? Parce qu »il  connait l’anglais, oral et écrit.
Je me demande s’il  pourra y trouver un emploi décent, ainsi qu’un logement à un prix vraiment raisonnable pour une période de quelques mois, voir plus.
L’idéal serait de trouver un travail qui fournit le logis.
En général ce n’est pas un sujet dont on parle librement,cela peut se faire dans anonymat.Il ne sait pas de quoi demain sera fait.
En attendant, il rêve sa vie future sur Internet.

Publié dans:Non classé |on 24 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Ce n’est qu’un piège de l’ego…

affichenaufragee.jpg

Je me suis accrochée à certaines idées comme un naufragé s’accroche à une planche qui le mènera peut-être au rivage.
Je suis finalement arrivée sur l’autre berge.
Mais à ce moment je m’aperçois, de manière bien paradoxale,que ce n’est qu’une petite pointe de paix, un petit sentiment de satisfaction.
Je me dis: »je n’ai pas eu la bonne technique. » Mais ce n’est qu’un piège de l’ego car il n’y a pas de technique.
Je ne mettrai pas au repos mon activité.Il me faut à nouveau repartir .

Publié dans:Non classé |on 24 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Quoi de plus simple!

1212336198.jpg

« Quand des problèmes se soulèvent dans notre vie, nous essayons toujours de trouver une solution en pensant, en réfléchissant, et souvent en angoissant. Et rien n’y fait.
 Et à force d’y réfléchir, un petit problème devient parfois un grand problème.
On dit que ce problème n’est qu’un ancien souvenir qui se répète en nous, et qu’il faut le supprimer en utilisant les quatre phrases pour pouvoir le résoudre:Je suis désolé(e) – Pardonne-moi – Merci – Je t’aime …
Quoi de plus simple!
Je demande à l’Univers de me pardonner de tout ce que je vois autour de moi, qui ne fonctionne pas : les problèmes que je vois dans ma vie, les maladies, les tracas, même les personnes qui sont dans mon entourage qui ont des soucis, les tsunamis, les guerres… tout!
 Car inconsciemment, c’est moi -mêmequi l’ai créé et maintenant, je veux que ça change.
Je dis merci à l’Univers de me donner encore une chance de rectifier ces choses, de devenir claire, afin d’atteindre un état de ‘zéro’, un état de pureté absolue, pour que l’Univers puisse me remplir de  l’inspiration pour bien agir, dans mon intérêt et dans l’intérêt de tous.
Et je dis ‘Je t’aime’ à moi -même, à mon subconscient, et à l’Univers, pour montrer ma gratitude d’avoir une deuxième chance pour me purifier et arriver à cet état de grâce.
 Et c’est cet amour qui transforme le problème, qui l’efface de mon être, et qui donne les solutions.
Donc… j’ai commencé à répéter ces phrases, le plus souvent possible.
Je suis prête à me nettoyer, en utilisant Ho’oponopono, pour laisser la voie libre.
Libre pour que l’Univers me remplisse de l’inspiration et de lumière.
 Libre pour être heureuse, pour m’épanouir, pour aimer, et pour jouir de la vie.  »
(Anne Ducroquetz -http://www.viesurmesure.com)

Publié dans:Non classé |on 23 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Ma fuite de la noirceur …

lumiere.jpg

 » Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit « (Khalil Gibran).

Je suis prisonnière dans ce lieu.
Je dois m’en sortir.Tant d’années prisonnière de mon passé!
Il est probable qu’il n’existe rien dehors,qu’il n’y ait d’autre univers que celui où je dois me soumettre.Mais je dois m’en sortir.
Je ne m’y laisserai plus enfermer.
Je désire revoir la lumière ,en connaître le bout.
Est -ce mon ego trop fort ?
Est-ce que la recherche éperdue de la lumière, et ma fuite de la noirceur m’ aveugleront?

Publié dans:Non classé |on 18 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Je veux m’envoler…

c3911.jpg

Je sais que ce sujet a été traité déjà plusieurs fois .
Certains matins j’ai plein de choses à faire , mais quoi faire puisque je n’en ai pas envie et je trouve toujours une bonne raison pour remettre à plus tard?
Je vagabonde sur les blogs de mes amis et  sur les réseaux sociaux ou je  reste devant ma télé avec une bonne tasse de café devant.Je suis  devenue désagréable avec mon entourage,j’ai envie d’être seule et qu’on me foute la paix,qu’on me laisse tranquille. Parfois je m’en veux d’être dans un tel état .Pour mon état de santé morale, être  plus active serait très positif. Mais pourquoi forcer des choses?En fin de compte elles finissent  par se dégager toutes seules.J’ai envie de partir  loin sans prévenir personne,je veux m’enfuir,quitter pour reconstruire ma vie ailleurs. Mais comme j’ai une vieille mère qui dépend de moi ,un fils qui a  encore besoin de moi, j’hésite…Je suis prisonnière du milieu dans lequel j’évolue. Prisonnière dans le sens de corsetée. Mais je  ne peux plus supporter ça.
Je suis à l’écoute des autres, mais les autres m’écoutent-ils? Dans ma vie, j’ai appris à donner .J’ai dû aussi comprendre que je ne tombais que sur des gens qui ne donnaient rien en retour. Je m’y suis habituée.
J’espère que ma vie changera un jour sans faire les autres souffrir.Mais cela parait compliqué tout de même.
Partir c’est prendre du recul.J’en ai marre de cette routine qui se répète inlassablement.J’en ai marre aussi de parler de moi.De toute façon mes problèmes ne concernent que moi.Mais c’est ce que  je fais…
J’aimerais tenter de nouveaux trucs.Il y a cette envie naissante devant la nouveauté.Le tout est de choisir. Est-ce qu’il vaut mieux vivre banalement ou sortir de temps en temps de la routine?Moi je dis qu’il faut sans cesse chercher des trucs nouveaux, experimenter, improviser.Cela s’appelle l’espérance. L’espérance c’est bien mieux qu’un vague espoir que demain ça ira mieux. L’espérance, c’est ce qui nous fait échapper à la routine, à la grisaille environnante.

Publié dans:Non classé |on 18 juin, 2011 |Pas de commentaires »

C’est tout simplement moi…

picassofilledevantunmiroir.jpg

(Picasso – Fille devant un miroir)

À 50 ans une femme se regarde dans la glace et se dit: «C’est moi»,
puis sourit et va où bon lui semble!
Alors voilà c’est le samedi matin .Un samedi matin presque comme les autres dans une ville presque ordinaire.
L’effet vacances se fait  sentir.Je me  suis levée vers 6h15  avec un triste goût d’inachevé .
Je me regarde dans la glace quelques secondes et je me dis: »Une magnifique vie m’attend. »
Si  je me dis qu’ une magnifique vie m’attend c’est que je le pense , je ne dois pas douter de ça.Et j’en remercie Dieu.
Je n’angoisse plus, je ne doute plus ,je ne déprime plus.Le doute introduit, c’est comme le choléra, on ne le chasse plus.
Irréaliste ? Peut-être. Stimulant ? Sûrement.
Einstein disait que la folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent.
En fait, cette certitude, c’est mon gage de sérénité. C’est tout simplement moi.

Publié dans:Non classé |on 18 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Entre deux étapes de mon devenir…

papillonlibelluledessinslumineuxplusreussis60717.jpg

Je nourris mon inspiration avec les émotions de mon changement.Chaque jour je me relève métamophosée,et je sors de de mon cocon.J’ai envie de grandir au plus vite.Je veux respirer.Parfois je retourne dans ma chrysalide, je dois encore attendre, c’est long ! Je rentre chez moi sans transformation.Ce n’est pas facile de quitter mon cocon. Je ressors ensuite.Je marche, je marche, je marche.En marchant je sais que je vais vivre un grand évènement, mon avènement.
J’ai un peu changé mais pas grandi.J’ai très envie de me transformer en beau papillon lumineux.Et je pars pour ma dernière aventure.De l’ombre à la lumière il n’y a qu’un pas. Je me suis réconcilié avec mon passé , je vis l’instant présent , je suis lien avec tout ce qui m’entoure…Inutile de vous dire à quel point j’ai modifié ma vue, mon esprit, mon état, ma vie. Je me déplace librement, appréciant les moments sublimes de chaque instant. Savoir aimer, savoir donner, et rien oublier du présent, du passé.Puisse mon cœur s’épanouir à cette métamorphose !

Publié dans:Non classé |on 17 juin, 2011 |1 Commentaire »

Quand je n’ai pas le moral …

untitled.bmp 

Aujourd’hui, je n’ai pas le moral. Pourquoi je ne me sens pas bien ?
Pas de souffrance spécialement identifiée, j’ai des amis, une famille aimante, pas l’ombre d’un homme dans ma vie.
Je me demande si je ne me mets pas la pression inutilement.
Quand je n’ai pas le moral je me dis : »Chouette, je vis encore et je décide que cette journée soit belle . »Et c’est ainsi qu’elle se passe.
Je pense aussi à tous ceux qui n’ont rien du tout dans leur vie, ni toit, ni de quoi manger , ni de famille .Je pense à tous ceux qui aimeraient faire plein de choses et qu’ils ne peuvent pas à cause de leur saleté de maladie.
Et je positive, je relativise la gravité de mes problèmes.
Mes problèmes sont moindres.Je les laisse de côté.
Et je les aborde d’une autre manière, avec plus de confiance. J’arrête de me plaindre.
 L’énergie positive se crée in vivo.Et s’y partage. Je marche toute seule et j’ observe la nature, le ciel, j’ écoute les oiseaux chanter, je regarde le soleil, la lune, les étoiles et  je me dis: »Comment la vie est merveilleuse! »Je prends soin de moi.
Je continue de vivre cette vie pleine du quotidien : repas, ménage, lessives, courses…je fais les boutiques.Oui ,c’est banal .
Mais entrer dans une zone de non- motivation est très dangereux, car on ne sait jamais quand on en sortira.
Il ne faut lâcher,  il ne faut désespérer.
On s’accomplit parfois dans les épreuves, comme le rocher poli par l’érosion…Une souffrance n’est qu’un passage à franchir.
Même si le moral n’est pas au beau fixe, j’ai surmonté la plupart de mes problèmes. …
J’ai envie de pouvoir profiter de chaque instant.
Puisque demain est le premier jour du reste de la vie, je prends de l’avance en orientant mes envies.

Publié dans:Non classé |on 16 juin, 2011 |Pas de commentaires »
123

Journal intime d'une ado |
langedelanuit |
Des mots, une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etre soi
| Moi et Eux !!
| baclofenfr