Archive pour avril, 2011

La culture de l’âme… Entre inné et acquis…

ups1facakp017vca3likyrcansd7d6ca0jsozicaukr5swcapxdx4mcaqk1gxtca73lypzcarpbp64caxnpq9ncaptseercagty9yjca5s7tojcayz4j3fcakhht4acarjaeskca7bk128ca5a8w0gcan4p810.jpg

« Selon l’innéisme,attribuée à Platon, certaines idées ou structures mentales sont innées, c’est-à-dire présentes dès la naissance, l’âme ayant visité le « ciel des idées » avant de s’incarner dans un corps.
De notre vivant, on se doit de pratiquer la réminiscence pour se souvenir à nouveau des vérités que nous avons observées.
Selon l’empirisme de Locke,l’âme (ou esprit, mind) est une tabula rasa, et toute idée dérive par conséquent de l’expérience sensible.
Le cerveau ne dispose que de très peu de capacités à la naissance mais l’essentiel de nos facultés se développent au cours de la vie par interaction avec l’environnement.
En psychologie, selon la doctrine innéiste, certaines des facultés mentales seraient innées (voir instinct), c’est-à-dire « pré-spécifiées » dans le cerveau à la naissance.
Dans le nativisme, les facultés mentales seraient « pré-cablées » à la naissance.
La psychologie du développement raffine cette conception : une faculté mentale innée peut n’apparaitre que bien après la naissance alors même qu’elle est spécifiée dès la naissance.
Elle abandonné l’idée d’une opposition stricte entre inné et acquis au profit de la notion d’héritabilité . »

(http://fr.wikipedia.org)

Publié dans:Non classé |on 30 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Quand on a 84 ans…

pict0001.jpglaviellefemmethumb.jpg

Ma mère a 84 ans…Quand on a 84 ans,on est plus sensible que les autres, la vie n’est pas forcément un conte de fée.
Son programme est toujours le même.Et ce, chaque jour de la semaine.
Elle aime être seule,à regarder la télé .Elle couche tôt pour se lever tard…
Elle donne à  sa vie l’apparence d’une pièce de théâtre, dans laquelle elle joue le rôle d’une vieille femme impuissante,fatiguée,toujours malade.
Mais après tout,elle a 84 ans.
 Cette image se heurte à mes attentes.
Je sais qu’elle est plus sensible aux maladies cardiovasculaires car ses artères vieillissent,je comprends  que sa  manière de dormir  a changé,je vois bienqu’elle a des  pertes auditives et des troubles de la vision,je sais qu’elle a des problèmes  au niveau des articulations qui s’expliquent par la perte de muscles et l’amincissement du cartilage.Son arthrite lui fait mal..
Ça la met de mauvaise humeur.
Je voudrais  qu’elle ait au moins un autre état d’esprit.
C’est ma seule source de mécontentement….

Publié dans:Non classé |on 30 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Le pardon est parfois difficile…

39295435.jpg

Hier j’ai eu une conversation avec une amie qui m’a laissé quelque peu choquée et que je tiens à vous partager. Madame B.est une femme bien éduquée ,une très bonne mère qui vit seule depuis quelques années déjà,une mère battante qui a élevé ses deux filles avec de grands efforts.Après son divorce,elle entretient une relation compliquée avec sa fille aînée: elle blâme sur sa façon de communiquer avec son ancien mari,elle est jalouse de l’affection qu’elle lui porte,à lui et surtout à sa femme actuelle…Des reproches éclatent entre les deux femmes! Des larmes montent aux yeux de Madame B. déçue de sa fille, et de la famille. Un iceberg s’est installé… Est-ce dû  aussi aux problèmes de confiance et d’accomplissement personnel? Mais encore là, je ne peux pas savoir et je ne veux pas la juger.Pourquoi ne veut-elle pas admettre qu’il est grand temps de se regarder,d’arrêter avec la critique,les reproches, la colère, la méchanceté, le pessimisme,d’accepter de regarder sa fille avec les yeux de l’amour? Elle éloigne les gens qu’elle aime et s’isole.Elle veut couper toute relation avec sa fille….Sa vie se disloque et elle semble ne plus avoir la force de lutter. Ou presque.La singularité de cette situation réside, me semble-t-il,dans le fait qu’elle ne peut pas pardonner à son enfant.Une mère, c’est celle qui gronde mais qui pardonne tout.Oui,je sais,le pardon est parfois difficile surtout quand les blessures proviennent de votre enfant. Elles sont encore plus douloureuses et inacceptables que si elles venaient d’une autre personne….

Publié dans:Non classé |on 29 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Cultivons notre réalité…!

4.jpg

« La souffrance peut certes nous briser le cœur, supprimer pour quelques temps toutes nos énergies; elle ébranle toutes nos illusions, mais fortifie notre essence.
Il ne faut pas se révolter contre la souffrance, ou l’endurer avec passivité; nous devons la franchir comme on gravit les marches d’un palais.

La souffrance peut se définir comme un écart plus ou moins prononcé avec la voie juste, qui est celle de notre évolution .

La mauvaise alimentation provoque des indigestions; le manque d’exercices entraîne l’atrophie des muscles; les excès de tabac, d’alcool ou de drogue, risquent de conduire la personne à une dépendance complète et à une aliénation subconsciente.

Comme le physique est le miroir du spirituel, il existe une interdépendance entre la souffrance physique et la souffrance spirituelle.

La souffrance est une forme pensée qui peut avoir été créée consciemment.
Pour illustrer ce premier cas, nous prendrons l’exemple de quelqu’un qui ne parlerait qu’en calomniant les autres, qui rendrait les gouvernements responsables de ses malheurs, qui entretiendrait dans son cœur des ressentiments et de la haine, et qui maintiendrait dans son esprit des pensées négatives envers les êtres, les choses et les événements qui le concernent.
La souffrance est une forme pensée qui peut résulter d’une perméabilité inconsciente aux influences négatives du milieu.
Citons par exemple les influences des médias d’informations : journaux, radiodiffusion, télévision ,  etc.
Outre l’attaque constante de toutes les médias, nous devons aussi tenir compte des multiples circonstances qui rendent notre subconscience très vulnérable : conversations avec les personnes rencontrées, perceptions visuelles des événements et des choses qui nous concernent pendant la journée (par exemple la vision d’un accident de voiture ou d’une dispute entre plusieurs personnes), perceptions mentales dues à un stress incontrôlé (pensées négatives envers l’automobiliste qui vient de nous doubler ou qui nous refuse le passage, pensées de jalousie envers des collègues). .

La souffrance est un moyen d’évolution.L’être spirituel, libéré de tous les processus subconscients, domine la souffrance.
De deux personnes placées exactement dans les mêmes conditions, celle qui est perméable à tous les processus subconscients, risque d’être accablée rapidement par la souffrance, alors que celle qui se laisse guider par la réalité superconsciente, restera très heureuse.
La superconscience ne voit et n’affirme que le bien, quelques soient les circonstances.
En cultivant notre réalité, nous ignorons les illusions et nous nous affranchissons de la souffrance, en progressant de façon harmonieuse vers l’unité avec le tout.

La vie est merveilleuse; c’est une ascension évolutive, qui aboutit au triomphe du spirituel sur le matériel.
Lorsque la souffrance a suffisamment réveillé en nous cette vérité éclatante, elle nous laisse et nous quitte pour toujours.
En d’autres mots, le positif est la réalité et le négatif est l’illusion.
Les pensées positives sont justes; elles nous apportent le bien.
Les pensées négatives sont irréelles ; elles engendrent malheur et souffrance.
La souffrance n’a qu’un but : éveiller en nous les forces qui libèrent; elle est une indication que la voie est fausse. est une forme pensée qui engendre l’asservissement subconscient aux destinées qui écrasent.
C’est le cas extrême de la situation précédente, lorsque les influences externes prennent le dessus.
En acceptant mentalement la souffrance, on permet à notre subconscience de nous en donner tout autant, et bien plus encore.

On comprend que la souffrance est un avertissement, pour signifier que la voie n’est pas bonne.
En revanche, la paix, la sérénité et le calme, donnent l’assurance que notre chemin est le bon.  »

© René-Yves Hervé2008
Publié dans:Non classé |on 29 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Un tunnel vers la lumière lointaine…

boutt10.jpg

Je reviens aujourd’hui au point de départ, avec plus de précisions sur ma modeste démarche créatrice.
Il est honnête de placer entre guillemets ce qui vient d’ailleurs….
Les citations, je vous l’avoue, sont à mes yeux des parapluies,une espèce de refuge,des précautions salutaires propres à désarmer les inévitables malveillants .
Cela ne veut pas dire que je  n’ai pas d’idées et que je m’alimente toujours  à celles des autres.
Mais une épaisse documentation existe toujours,authentique ou falsifiée .
Il faut ajouter une certaine dose de subjectif à la sélection de cette documentation.
Dans ces conditions il n’est pas étonnant que l’on rencontre de si nombreuses formes de créations.
Tout cela relève de ce que l’on nomme originalité,sans exclure toutefois les diverses astuces pour tricher lorsque l’ inspiration  me fait défaut.
La question des techniques étant résolue, reste la grande question de la motivation..
Pourquoi ce travail et cet effort si ce n’est pour une raison d’importance extrême?
Je ne vais pas me lancer dans une réponse plus approfondie à cette question.
Ce n’est pas qu’elle soit loin d’être intéressante.
Nous rêvons tous d’un endroit secret.Nous avons tous, plus ou moins,un « jardin secret »,un jalon sur le chemin.
On peut penser aussi au tunnel vers la lumière lointaine, ainsi compris comme la raison suprême de ma démarche.

Publié dans:Non classé |on 27 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Je m’enracine dans la mer…

thomasbarbeyfaceoff132160.jpg

J’ai vécu ma tendre enfance et  mon adolescence dans la ville de Constanta à quelques centaines de mètres  de la mer.L’énergie de la mer m’habite en tout temps.
Elle alimente ma vitalité, comme la sève qui monte en l’arbre.
Ici je me sens en toute sécurité.
C’est dans la mer que je puise toute l’énergie nécessaire pour demeurer forte et ferme vis-à-vis des tempêtes de la vie .
C’est par hasard qu’aujourd’hui  je vis dans un pays qui est à milles lieux de ma ville natale.
Je suis un être de la mer.
Mais comme tous les êtres, j’ai plusieurs identités : je m’enracine dans la mer, puisque je suis originaire de Constanta, et je m’enracine également dans l’Olténie, dans la mesure où j’y vis depuis plus de trente ans.
Mais surtout, je m’ouvre au monde par cette magnifique langue qu’est le français.
Il importe que nous soyons bien enracinés afin de vraiment pouvoir fleurir.
Donc ce n’est pas moi qui viens de mes racines, c’est moi qui pousse mes racines, je m’enracine. Je fabrique mes racines… Et plus les racines sont larges, plus on peut développer les branches.
Chaque fois que je rentre chez moi ,je recharge mes« batteries » et je prends le temps « d’évacuer » tout ce qui pourrait me perturber,je marche, pieds nus, dans le sable,laissant des traces derrière moi , j’inspire à fond l’air frais, je ressens l’envie d’ accélérer le temps puis aussi le ralentir, pour savourer mes nouveaux sens.
A chaque respiration, je m’enracine  dans l’amour universel.

Publié dans:Non classé |on 26 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Jouer à la duplicité…

doppiaora10954.jpg

Permettez-moi quelques mots sur ma « relation » avec un homme que j’ai rencontré il y a quelques mois chez des amis communs.
Ses sentiments  amoureux se sont installés  vite de sa part. 
Il me disait que je ressemblais à sa femme défunte et qu’il voulait refaire sa vie.
Les amis, voyant sa détermination pour une relation sérieuse, se sont érigés en médiateurs entre moi et lui.Je n’ai pas voulu entrer dans leur jeu .
Des interpellations  étaient effectuées par mes amis,un flot de questions,chaque fois qu’il me téléphonait. »Qu’est ce qu’il a dit ? «  »Qu’est-ce qu’il voulait? »"Il t’a dit quelque chose ? »"Qu’est-ce que tu lui a dit ? »"Comment était sa voix ? Gaie ? Grave ? »"Il t’a dit qu’il voulait t’inviter  fêter Pâques ensemble?  »…
Ils étaient toujours au courant avec ces moments ,car il se confiait à eux  pour leur tout raconter .
Sur le coup, j’en voulais à ces amis, qui demandaient des informations qui ne les concernaient pas.J’avais juste envie de leur jeter le téléphone. Je ne comprenais rien à ce qu’il se passait.J’ai découvert leur duplicité .Lui aussi,il jouait à la duplicité.
Il a voulu jouer,il a perdu.Je suis désolée de dire tout cela.A vrai dire, je suis particulièrement écœurée. Très déçue.
Il pensait peut-être que je n’étais qu’une femme facile à conquérir.Il a commis une erreur extrême.
J’aurais préféré dissiper tous ces malentendus, face à face.
J’ai pris mes distances à lui.Lui aussi…Aucun  signe cette semaine.
On restera toujours deux personnes différentes.J’arrête de penser à cet homme.
Il est loin de mon idéal masculin et j’envisage rien pour le moment.
 Peut- être qu’ il n’y a rien de plus à comprendre.
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire !

Publié dans:Non classé |on 25 avril, 2011 |Pas de commentaires »

J’aime rire …

1000545.jpgrire.jpg

J’aime rire à gorge déployée…rire en cascade…
Quand je ris, je ne peux plus penser à ce qui me perturbe..
Le rire me  libère et  me permet de considérer les problèmes avec un regard neuf, de retrouver ma paix intérieure.
Le rire me donne de l’énergie, apporte du bonheur autour de moi,me rapproche des gens heureux.
J’aime  les gens amusants qui apprécient l’humour et qui l’utilisent sans restriction.
Il  existe une complicité entre hommes par le rire. Celle-ci favorise un sentiment d’acceptation et de transformation des zones ternes que chacun traverse à l’occasion .
Surtout en ces temps de crise, de repli sur soi, le rire est, je m’en rends compte, une formidable thérapie sociale. Je me définis comme une femme enjouée, j’ai un grand sens de l’humour,j’aime la vie et j’apprécie les petites choses. Je m’ennuie très rarement, je suis bien dans ma peau.

Publié dans:Non classé |on 24 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Petits bonheurs simples…

sidephoto.jpg

Aujourd’hui j’ai envie de profiter de petits bonheurs simples, comme un rayon de soleil, un sourire, un bon film, une  musique…Oui, je souhaiterais me reposer dans un monde ou la douceur et la bonté seraient partout, sans souffrance, sans courants négatifs.
C’est si bon de me retrouver seule,de m’accorder des introspections et de ne plus penser à tout ce qui me porte préjudice…
Même si c’est difficile …
Je suis spectateur de ce monde qui part à la dérive, qui n’a pas de valeurs…
Monde de concurrence et de compétition!
Monde superficiel qui ne s’attache qu’au « paraître » et aux valeurs bassement matérielles!
J’en ai marre. J’en suis lasse et fatiguée. Mais j’en fais partie, malgré tout , j’y ai ma place.
L’argent à mes yeux ne représente rien, c’est même une belle saloperie ça rend les gens stupides et parfois mauvais.
C’est bizarre …les gens bons sont souvent marginaux ou en forte dépression.
Malgré ce monde qui se dégrade je dois  garder ma dignité face aux obstacles qui seront toujours présents.
Pour moi, il n’existe qu’une seule valeur : CELLE DU COEUR.

Publié dans:Non classé |on 24 avril, 2011 |Pas de commentaires »

Joyeuses Pâques!

3330840.jpg

Symbole de lumière et de renouveau , Pâques est une occasion de se retrouver en famille ou entre amis.
Heureuses Pâques à chacun et chacune d’entre vous !

Publié dans:Non classé |on 23 avril, 2011 |Pas de commentaires »
1234

Journal intime d'une ado |
langedelanuit |
Des mots, une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etre soi
| Moi et Eux !!
| baclofenfr