Archive pour janvier, 2011

Je me répète tout le temps…

m92v31oo.jpg

Depuis quelque temps je n’arrive plus à retrouver mon énergie et ma joie de vivre. J’ai traversé de durs moments la dernière année  mais je me suis dit que les mauvaises choses me donnaient des leçons à tirer à chaque fois, ne pas commettre les mêmes erreurs, et toujours avoir l’espoir que la vie me réservait autre chose que ces peines, que la roue tournait pour chacun, qu’il devait y avoir des cycles de bonnes et mauvaises choses et qu’il fallait gérer comme ça venait, que s’angoisser ne servait à rien. Je me suis refugiée dans le silence, j’ai fait le silence en moi  pour visualiser ma force en toutes choses. Je suis encore jeune, je ne perds pas l’espoir, bientôt je repenserai à ces choses avec recul et je ne retiendrai que les bons souvenirs. Mais c’est pas simple. Ce journal  me permet de prendre du recul sur mes sentiments et de « ranger » les choses dans ma tête. Je ne sais plus rire, ne sais plus chanter, ne sais plus ouvrir la fenêtre que sur la morosité extérieure. Je m’étouffe, je me rends malade par mes propres angoisses. Je me répète tout le temps: BOUGES-TOI! Chante, chante intérieurement ou chante extérieurement. Libére-toi! Tu passes ta vie à te tromper sur toi-même, sur les autres, sur la vie ; alors essaie de ne plus te tromper, essaie de voir plus juste, en toi et autour de toi. Chante, rie toute seule, laisse entrer la joie en toi…

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Un accent …

28ian2010017.jpgg.bmp

La gentillesse…
Un accent traînant dans la voix, un sourire bienveillant et un parfum d’innocence.
On en retrouve le parfum dans les vieux films français des années cinquante.
 Dans la bouille malicieuse de Fernandel, la naïveté d’un Bourvil ou la bonhommie d’un second rôle.
Mais aussi dans le swing tendre d’une chanson de Charles Trénet, le jeu d’un Django Reinhardt ou la voix douce d’un Henri Salvador.
C’est un concept un peu dépassé,un sentiment devenu trop rare.
Aujourd’hui il y a l’ironie ou l’amabilité commerciale, la fausse politesse, calculée et superficielle , la fausse gentillesse, celle du faible qui s’en sert pour se donner bonne conscience ou encore pour arriver à ses fins.
Aujourd’hui, exprimer la gentillesse et la générosité est un véritable défi.
Il nous faut beaucoup de courage pour assumer notre côté gentil ,mais en prenant conscience des bienfaits et de l’impact positif de cette attitude sur notre vie, nous pouvons trouver la force nécessaire pour le faire.
Les personnes gentilles et généreuses se sentent heureuses d’avoir agit comme elles l’ont fait, tout simplement !
La gentillesse c’est  notre meilleur outil de réussite: plus on l’exprime, plus on reçoit la chance et on attire de belles choses à soi.

Publié dans:Non classé |on 27 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

C’est en nous que tout commence…

26170892401.jpg

Je veux vous faire part de ce texte qui porte à la réflexion. Il ne vient pas de moi mais je tiens à vous le faire partager:

« Surveillez vos pensées. Elles deviennent vos paroles.
Surveillez vos paroles. Elles deviennent vos actions.
Surveillez vos actions. Elles deviennent vos habitudes.
Surveillez vos habitudes. Elles deviennent votre personnalité.
Surveillez votre personnalité. Elle devient votre destinée.
C’est en nous que tout commence…
Ce qu’il y a derrière nous et devant nous n’est rien à comparer avec ce qu’il y a à l’intérieur de nous. »

(Frank Outlaw )

Publié dans:Non classé |on 26 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Mon attitude c’est mon moi…

c2.jpg

“S’il fallait donner une définition de l’attitude, nous pourrions dire : C’est le sentiment intérieur exprimé par un comportement extérieur.
C’est la présentation de ma vraie personnalité, c’est mon moi.
 Mon attitude reflète mon comportement envers les autres.
Mon attitude est la représentation de mon anxiété, de mon dynamisme, de ma timidité etc… 
 Mon attitude attire ou non les gens vers moi.  
 » C’est moi qui choisis  » 
 Mon attitude déclenche les réalités de ma vie.
Mon attitude ne doit pas être le reflet de ma vie passée. Qu’importe si le passé m’a fait tomber. Je ne me noie pas parce que je tombe dans l’eau, je me noie parce que j’y reste.  « C’est moi qui choisis  » de me relever ou pas.
 C’est mon attitude qui détermine ma puissance. Bien sûr, il peut y avoir de l’adversité mais, celle-ci n’est pas là pour me détruire mais pour me fortifier, pour me faire avancer. C’est parce qu’il y a la résistance de l’eau que le bateau flotte, c’est parce qu’il y a la résistance de l’air que l’avion vole. Quand je critique, je perds tout, je divise, je condamne et je me détruis. Quand je me soutiens, je m’épanouie.  » C’est moi qui choisis  »

(texte  adapté d’après William JOUTET )

Publié dans:Non classé |on 26 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Montre-moi tes nichons…

images.jpeg
« Je vais, avec un peu de chance, découvrir pourquoi les gens sont tellement obsédés par les questions de sexe. Ces questions me paraissent à moi aussi intéressantes que d’étaler du cirage sur une chaussure. »Marilyn Monroe

untitled3.bmp

 

Je ne dis rien sur ce blog que chacun ne puisse vérifier. Ce que les autres nous donnent correspond souvent à ce que nous émettons, à comment nous nous considérons. J’ai conscience que je ne me considère pas assez, et j’ai très peur que cela se voit… J’ai conscience de mon âme d’enfant, de ma fragilité… Mais le montrer, et admettre que oui, j’ai peur, c’est admettre que je ne peux pas être aimée. Alors voilà, j’ai conscience d’être celle- là, fragile, tout le contraire d’une femme fatale…. Mon pauvre ami,tu ne sais même pas qui je suis,je ne sais plus qui tu es.
Ton sarcasme cynique a suscité en moi un profond embarras, parce que j´y  ai rencontré une violence et une agressivité démesurées. “Voyeur”, “pervers” “provocateur”, “misanthrope”, “peu ragoûtant” ” un mâle dominateur “… cette galerie de qualificatifs est sans doute révélatrice pour celui qui a osé  me dire derrière l’écran d’un ordinateur: “Montre-moi tes seins, laisse-moi te regarder!” Ce n´est pas seulement à cause de la sensation de voyeurisme, mais surtout parce que j´ai senti que tu m’as arrachée de ma dimension humaine en me reduisant brutalement à une condition animale . Il ne s’agit nullement de “honte” et encore moins de pudibonderie. Mais ce serait m’asservir à tes volontés, et me mettre dans la plus dangereuse situation. C’est le côté ostentatoire, froid et provocateur qui me déplaît. Je n’ai pas voulu  te dire “JE T’EMMERDE”. Je me suis  laissée insulter. Il n’y aura jamais de querelle, je ne m’y prêterai jamais assez pour en avoir.Ton attitude est ambigue, est -ce que tu  te moques de moi?
Je ne veux jamais souffrir que quelqu’un se joue à moi  comme avec ses inférieurs. C’est étrange… Mon égo prend toute ma place à ce moment -là. C’est pas tant le fait que je me sens humiliée mais que je sens que mon respect peut s’en aller au vent parce que la personne en face ne me considère pas… J’ai conscience que le respect, je devrais le detenir en moi. Mais voilà, je prend cela  comme une injure.Comment réagir face à ce type de comportement?
Qu’on me comprenne bien, je suis ton fan depuis quelques années. J’aurais dû  me détacher la première. Crois- moi, je suis sincèrement désolée.
On me dira que je me suis trompée, j’en conviens.J’en ai découvert assez tard.

Publié dans:Non classé |on 25 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Hymne à la Beauté

43788664078fa799aedd.jpg

« Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l’abîme,
O Beauté? ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l’on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton oeil le couchant et l’aurore;
Tu répands des parfums comme un soir orageux;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l’enfant courageux.

Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques;
De tes bijoux l’Horreur n’est pas le moins charmant,
Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.

L’éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit: Bénissons ce flambeau!
L’amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l’air d’un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,
Ô Beauté! monstre énorme, effrayant, ingénu!
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m’ouvrent la porte
D’un Infini que j’aime et n’ai jamais connu?

De Satan ou de Dieu, qu’importe? Ange ou Sirène,
Qu’importe, si tu rends, — fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine! —
L’univers moins hideux et les instants moins lourds? »

 

( Charles BAUDELAIRE, »Hymne à la beauté », LES FLEURS DU MAL, 1857 )

Publié dans:Non classé |on 23 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

Est-ce un signe du monde ?

untitled2.bmp

La neige tombe doucement sur ma ville et ce n’est pas fini. Un Janvier neigeux fait bien aux arbres et aux vignes. C’est dimanche. Qu’est-ce que je pourrais bien faire de ma journée !?  Je ne sais pas du tout .Dans ce calme serein ce serait bien beau  de sortir, faire de magnifiques photos sous la neige. C’est bien beau à la fenêtre aussi. Je m’ennuie de venir régulièrement  sur mon blog pour vous parler de mes états d’âme. J’ai fait un rêve hier soir.   C’était un rêve  avec une de mes meilleures amies,Stela.  Elle est partie depuis déjà bien longtemps pour Canada,avec sa famille.On ne s’est plus revues. J’ai cherché son nom sur le net et j’ai trouvé ce poste. J’ai été très émue en le lisant.Je le lis encore, enthousiasmée et je me demande…Est-ce un signe du monde ?

 “Salut tout le monde. C’est mon blog français pour pratiquer et  partager mes expériences avec d’autres francophiles et francophones. Moi, je suis Heather — je viens originalement des États-Unis mais j’habite maintenant au Québec… à Montréal. Plus spécifiquement dans le quartier Verdun.Voilà deux ans que je suis au Québec.( ……………… )Mon prof se nomme Stela Tuloiu mais je n’ai absolument aucune idée de la prononciation de son nom de famille.  J’espère que M-me Stela suffira. Elle est une gentille dame québécoise d’environ 50 ans. Quant au cours, c’est facile pour moi — je comprends toute la grammaire, le vocabulaire, et son oral… mais ce n’est pas TROP facile. Même si je comprends toujours tout dans le cours, je peux écouter du français toute la journée et améliorer mes habiletés pour entendre, parler et la prononciation. Le cours est aussi spécifiquement pour les personnes habitant au Québec, donc nous apprenons les mots québécois et les différences de prononciation entre le français du Québec et celui de la France. C’est mieux, je crois, parce qu’à des endroits comme McGill, on apprend le français parisien, mais c’est bizarre, tu sais… Personne ne parle pas comme ça ici. C’est comme apprendre l’anglais des Britaniques en Caroline de Sud… totallement inutile.Alors, je planifie d’écrire dans ce blog beaucoup… c’est une bonne façon de pratiquer et j’aime avoir l’opportunité de parler le français avec mes amis.”

 (posted by Azure Lys @ 26.9.05)


C’est étrange maintenant que je pense que nous ne sommes plus vues depuis plus de dix ans.
Je m’équipe et je sors. C’est beau la neige quand même non?
 

Publié dans:Non classé |on 23 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

En dedans et en dehors de moi

ct.jpg3425855448961e9d4f8a.jpg

(Michel Larionov – Portrait de femme )

J’ai vécu de grands défis dans ma vie.
Un de ces défis a eu lieu quand j’ai commencé à parler de ce qui m’arrivait.
Ce qui m’est arrivé, ça arrive à tous à un moment donné.
Je suis une femme qui aime parler de ses émotions, de ce qu’elle ressent.
Aujourd’hui j’éprouve une douleur  et une fatigue dans mon corps émotionnel et physique et je me demande pourquoi elles sont là.
Il y a eu plusieurs petits changements dans ma vie au début  de cette année. C’est un début tout nouveau pour moi. C’est, peut-être hors sujet, la transformation de la conscience.
En raison d’un stress intense je suis tellement fatiguée que je n’ai plus d’énergie et j’ai besoin d’un moment de repos. Je suis ivre de fatigue.
Ce doit sûrement venir du stress ou de l’angoisse. Tout  mon organisme est mis en branle. J’aimerais que par magie cet état soit éliminé.
Mais la fatigue  ne disparaît pas même après 10-12 heures de sommeil.
Une psychothérapie m’aurait sans doute fait comprendre que j’avais un « léger » manque affectif à combler. Mais je n’ai pas fait de psychothérapie.
Il existe plein de choses que je peux effectuer au quotidien pour améliorer mon état général. L’enthousiasme est l’état recherché,l’amour. J’en rêve encore. Mais  je ne sais pas quoi  essayer pour regagner le haut et les performances élevées . La vie et ses contrariétés m’empêchent de faire ce que je  veux .
Je suis assise à mon ordinateur. En dedans et en dehors de moi tout est en état de chaos. Pour moi  le chaos est nécessaire dans la mesure ou il permet l’équilibre des forces.
Ce n’est pas moi. Je perds la notion du moi dans tout cela, toute mon existence se fragmente.Je me demande si je n’avance pas à reculons en ce moment. …
Et pourtant , tout est dans l’apparence, tout est un beau prétexte pour écrire. Car l’envie d’écrire, c’est un peu comme un noyau qui germe en moi.
Cela m’a beaucoup émancipé. Je me suis dit que mon journal m’aiderait à compiler mes activités et pensées du jour et à  combler  le vide de ma vie.

Publié dans:Non classé |on 20 janvier, 2011 |Pas de commentaires »

La jeunesse éternelle?

stamets.jpg

« Nous vieillissons tous inexorablement.
Qui est-ce qui ne la veut pas, la jeunesse éternelle?
On a beaucoup parlé des thérapies naturelles avec les plantes.
En Amérique centrale comme en Asie ,la mycothérapie, autrement dit les soins par les champignons ,est une forme de médecine encore très peu connue et maîtrisée en Occident. Pourtant elle date des débuts de l’Homme.
En Orient, rien a été perdu à ce sujet et la mycothérapie est une des branches principales de la phythothérapie en Extrème-Orient.
L’opinion commune oublie parfois que les champignons sont des végétaux non chlorophylliens.
Autrefois, ils étaient le plus souvent associés à la sorcellerie, le peuple les imaginant comme des êtres fantastiques habitant les forêts.
Cette référence au monde occulte n’est pourtant pas totalement à négliger, les sorciers, les chamans et autres pratiquants ayant longtemps utilisé les propriétés hallucinogènes des champignons dans leurs rituels .
L’histoire de l’agaric du Brésil (Agaricus blazei)l nous ramène finalement, en Asie .
Très consommé au Brésil, il est riche de nombreuses propriétés contre les cancers.
De son nom scientifique, Amanita Muscaria, l’agaric que les Anglais appellent Fly Agaric, est un champignon que tout le monde connaît.
Son pied blanc est souvent recouvert de résidus et pelucheux de volve.
De son anneau blanc, membraneux et souvent teint de jaune, il porte sa volve en bourrelets.
La plante à la chair blanche, est riche de fibres et de spores blanches.
 Associée au dieu Odin lui-même, les Brésilien l’appellent le champignon de Dieu pour ses effets bienfaisants sur la santé .
Ce champignon fut découvert dans les années 1960 par des chercheurs Américains qui ont remarqué que les autochtones de la région de Piedade au Brésil jouissaient d’une bonne santé, de peu de cas de cancers et d’une grande longévité car ils consommaient régulièrement ce champignon qui pousse dans les prés, sur les mélèzes.
Il est récolté en Russie et figure dans la pharmacopée depuis des siècles.
Il est utilisé pour ses effets tonifiants et raffermissant sur la peau.
Les consommateurs de l’agaric ne s’exposent presque pas aux cancers.
Les populations consommatrices sont d’une grande longévité parce qu’ils consomment régulièrement ce champignon.
Une découverte annoncée à la communauté scientifique en 1965, a suscité la même année, des cultures au Japon.
En 1980, on a découvert la présence de plusieurs polysaccharides qui ont confirmé les propriétés anti-cancérigènes de l’agaric.
 Des recherches intensives se poursuivent actuellement pour mieux comprendre l’étendue de son action thérapeutique.
Depuis 1988, il est cultivé à grande échelle en Asie.
Les États-Unis ont lancé depuis 2000 sa culture à grande échelle à travers le pays. »

Publié dans:Non classé |on 16 janvier, 2011 |6 Commentaires »

Un homme vivant est un homme debout

blog31762parisestseshistoiresinsolite02081020470242337499.jpg

J’ignore de quoi demain sera fait.
 Ce que je sais en revanche, c’est que je ne m’arrêterai jamais.
Je veux avancer, je veux progresser, je veux me sentir vivante.
Brel disait qu’un homme vivant est un homme debout.Quoiqu’on fasse, quoiqu’on vive, je crois que le plus grand danger qui nous guette est de s’arrêter, de se sentir arrivé…Pour se sentir bien en tant que femme,pour se sentir heureuse, il faut quelques ingrédients essentiels.
J’ai donc fait la liste de ce qui puisse me rendre  heureuse, m’apporter du plaisir et me faire sentir vivante car l’humain est un être de plaisir et non de souffrance.Je recherche tant de choses que je n’ai plus rencontrées depuis si longtemps:

-le fait d’aimer … aimer sans conditions …aimer l’autre dans sa totalité.
- le fait de partager avec quelqu’un… partager une émotion, un sourire, un regard .
- le fait de tomber amoureuse .
- les papillons dans le ventre.
- avoir du plaisir, le plaisir des petites choses, des choses simples et relaxantes, prendre du temps pour moi, de me gâter, de m’offrir un petit cadeau.
- prendre un café dans ma tasse favorite tout en m’évadant dans un bon livre ou dans un bon film.
- L’arôme, la chaleur et le plaisir de cuisiner et déguster un  bon repas et un verre de vin
- Le confort d’être entourée des membres de ma famille et de mes amis – lequel me rappelle que j’aurai toujours une place auprès d’eux et que c’est ce que je suis, et non ce que je fais, qui compte.
-Le plaisir d’immortaliser les belles choses et les bons moments à travers la photographie
- L’effet  mystérieux de la musique qui fait vibrer et donne des frissons .
- Le sentiment de félicité qui découle de l’union du corps avec l’esprit ou de l’esprit avec l’univers.
- La sécurité financière .Elle est essentielle dans la mesure ou elle est un besoin de base à l’humain pour se nourrir, se loger, se vêtir. Je ne l’avais pas mentionnée au début, car cela me paraissait trop évident.

http://www.youtube.com/watch?v=wsk1XcWkiX0

Publié dans:Non classé |on 14 janvier, 2011 |Pas de commentaires »
123

Journal intime d'une ado |
langedelanuit |
Des mots, une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etre soi
| Moi et Eux !!
| baclofenfr